Le Yoga pour la paix mentale

Le Yoga pour la paix mentale

Nous sommes des créatures faites d’habitudes.

Nous anticipons le futur, appréhendons notre environnement et l’image que l’on a de nous-même, en fonction de ce que nous avons déjà vécu.

Au fil des expériences que nous vivons, se créent des « souvenirs » ou « mémoires », que les traditions du Samkhya, comme du Yoga, nomment samskara – des représentations cérébrales mémorisées, sorte de stockage de data dans le vaste entrepôt de notre inconscient, appelés également schémas cognitifs en psychologie.

Ces samskara, plus ou moins puissants selon l’émotion qui les accompagnent, vont créent des habitudes comportementales inconscientes; des vasanas qui influencent nos rapports aux autres, nos jugements, nos comportements… nos vies.

Nous sommes conditionnés par nos samskara, vivant dans une illusion (maya); considérant tout ce qui nous entoure pour ce qu’il n’est pas, limités dans nos jugements par notre ignorance, nos connaissances limitées et teintées de nos samskara. Notre mental utilisant ces schémas pour nous faire agir ou penser telles des marionnettes assujetties à nos expériences passées.

Depuis les Upanishad, l’Inde n’a été préoccupée que d’un seul problème: la structure de la condition humaine et comment s’en libérer.

L’idée de la libération (moksha) implique se libérer de ces conditionnements (samskara), à la recherche d’une réflexion intuitive, voire « révélée », plutôt que de fonctionner avec des réactions impulsives, nous faisant réagir émotionnellement plutôt que consciemment, et ruinant au passage relations humaines, estime de soi et capacités.

Les Samskara et les vasana ont été définis comme des obstacles par les sages indiens depuis fort longtemps; sources de souffrance. L’important n’étant pas de les connaître, mais de les maîtriser, de les « brûler ».

Il existe différentes natures de pistes samskariques;

  • Celles qui se créent depuis notre naissance, de part notre culture, notre enfance, notre éducation… mais aussi tous les jours qui passent, de part ce que nous écoutons, ce que nous regardons, les personnes avec qui nous passons du temps. Soyez attentif aux choses que vous mettez dans votre corps émotionnellement, spirituellement et physiquement.

Yoga Sutra II.16 Heyam Dukkham anagatam // Les souffrances futures doivent être évitées

  • Celles issues de notre famille (cf. généalogie) car nous transportons avec nous, sans le savoir, les blessures de nos anciens. Le « mouton noir » d’une famille est en fait un libérateur.
  • et celles plus profondes, issues de nos vies passées, car les samskara sont à l’origine du karma.

Yoga Sutra II.12- kleśa-mūlaḥ karma-āśayaḥ dṛṣṭa-adṛṣṭa-janma-vedanīyaḥ

Ces samskara sont donc capables d’affecter nos 5 enveloppes corporelles, nos Kosha. De la plus grossière, le corps physique, créant ainsi des déséquilibres allant jusqu’à la maladie, à la plus subtile, notre corps astral, en altérant au passage notre énergie (prana), notre mental et nos qualités de réflexion.

Se délivrer de ces conditionnement équivaut à forcer un autre plan d’existence, à s’approprier un autre mode d’être, transcendant la condition humaine.

La pratique du yoga se fait bien tout au long de la journée.

Certaines études scientifiques aujourd’hui, confirment que grâce à la pratique répétée d’un certain état d’esprit (sattvique), certaines structures cérébrales peuvent être modifiée, jusqu’à l’expression même de nos gènes; les émotions négatives ou afflictives peuvent être intentionnellement atrophiées.

Dans les états concentrés Samyama (dharana, dhyana, samadhi) nous sommes dans un état de non-réactivité. Dans ces moments, l’esprit et le corps sont immobiles. Lorsque nous demeurons dans cet état, nous ne générons pas de nouveaux samskaras. Durant ces quelques instants d’immobilité et de non-réactivité, aussi bref soient-ils, se crée la mise en mouvement du processus inverse; le processus de purification.

Lorsque la conscience ne se préoccupe pas de digérer un flot d’expériences en cours, elle commence à digérer des matériaux provenant du vaste entrepôt d’impressions samskariques où elles peuvent être «brûlées».

Le YogaDarsana nous donnent des clefs pour y parvenir depuis des millénaires.

> Comme s’équiper d’une intention ferme: le sankalpa.

Une intention ferme de changer, de devenir une meilleure version de soi-même. Un nouvel état d’être que l’on désire atteindre. Pas seulement un espoir, ou un souhait, mais une vision, un ressenti profond de soi vivant ce changement. Telle une graine qui germera, le sankalpa peut être utilisé; comme objet de concentration pendant la méditation, en début de pratique posturale ou de pranayama, pendant le yoga nidra, mais aussi simplement avant de s’endormir et avant d’ouvrir les yeux au réveil.

Une phrase courte, sans négation, n’excédant pas 8 mots. C’est ce qu’elle signifie pour vous qui aura le plus d’impact, plus que les mots qui la composeront.

> Faire preuve d’un effort soutenu contre les « obstacles »: Tapas.

Une discipline nécessaire au changement. Car même lorsque l’on est conscient que tel ou tel comportement est préjudiciable, notre mental est tellement plus confortable dans les habitudes que dans les changements qu’on a tendance a replonger facilement (cf. la procrastination) sans une discipline ferme. Certains de nos comportements finissent par nous définir par ignorance de ce que nous sommes vraiment… Quand la mauvaise habitude dure depuis longtemps, on peut avoir peur de ne plus être soi. Soyez sans peur ! (Abaya)

> Ralentir: Shani. Un samskara est comme un « bouton rouge » sur lequel un événement, une parole, un type de personne.. un stimuli, va appuyer générant une réaction de notre part (vasana) Il faut se laisser le temps entre le stimuli et l’action afin d’avoir le temps de la réflexion suffisante. Toute réaction impulsive fortifie le samskara. Prenez le temps tous les jours de faire le point de votre journée, votre nuit n’en sera que meilleure, prenez du temps, observez…

> Et bien sûr pratiquer (asana, pranayama, méditation), régulièrement, avec sincérité, de manière à générer cet état sattvique propice.

Ce que nous pratiquons devient plus fort. Avec le temps et une pratique régulière, les pratiques de Yoga deviennent de plus en plus subtiles, profondes et efficaces. Elles mènent à la clairvoyance (vidhya) sur nous-même, l’origine de nos personnalités, de nos pensées et réactions afin d’établir une transformation pérenne.. mais aussi sur celles des autres, ce qui nous permet d’éviter les conflits, aider les autres, pardonner, comprendre (cf. Spinoza)… Patanjali dans ses Sutra nous rappelle que même les plus sages souffrent. Nous menons tous des batailles

Cette clairvoyance mène graduellement à de plus vastes compréhensions. De ces compréhensions, découle une forme certaine de quiétude, de paix et d’amour.

Il ne s’agit pas de le vouloir, cela vient à soi, cela va de soi, par la pratique.

With love.

Rituel de fin d’année

Rituel de fin d’année

Le 21 décembre, est le jour du solstice d’hiver; la nuit la plus longue de l’année à partir de laquelle nous nous dirigeons vers la fin de l’année en cours et vers plus de lumière.

La fin d’une année; la mort d’une année,. La naissance d’une nouvelle.

Nous vivons dans des sociétés qui nous poussent à ne plus réfléchir par nous même, et ce de plus en plus depuis l’arrivée des smartphones et des réseaux sociaux. Happés par un flot d’informations constant, de sollicitations de tout ordre prenant le visages de priorités qui n’en sont pas. Donnant le sentiment qu’une vie réussie doit être fournie de sorties, d’achats, d’argent, de voyages, de réussites en tout genre… toujours plus. Cette course constante et cette charge mentale qui nous encombre nous éloigne de nous-même; nous maintenant dans l’Action pour ne plus Être.

Redonner du temps à la réflexion.

Si nous écoutions nos cycles naturels, dans cet hiver qui démarre, nous laisserions nos corps s’habituer au changement, nous répondrions au besoin de sommeil, de cocooning, de lectures, d’une pratique adaptée… mais au lieu de cela, pour beaucoup, la course devient effrénée, portée par les fêtes de fin d’année qui épuisent notre énergie et pour certains nos organes digestifs.

Se redonner du temps.

Cette période de l’année qui s’entame à peine est, sans doute, le moment le plus propice à l’introspection, à la réflexion sur cette année passée et l’opportunité de redéfinir les priorités pour soi et les siens.

Je partage avec vous un petit rituel que j’ai fini par mettre au point et qui ne manquera pas de vous soutenir dans la réflexion. Tout à commencer pour moi à Rio avec la découverte du rituel brésilien, fait à Iemanja, la déesse mère, pour le jour de l’an et qui consiste à jeter 7 fleurs blanches à la mer, à chaque fleur un souhait. Souhaits qui devait être mûrement réfléchi en amont. J’ai maintenu ce rituel quelques années jusqu’à découvrir un autre rituel, shamanique celui-là, et qui m’inspira pour ce que je vous propose ici.

A faire seul mais qui peut être aussi très interessant à faire avec des personnes qui vous tiennent à coeur, conjoint, amis, enfants, fratrie.. car cela donne de beaux terrains de discussion et de remise en question saines.

Il s’agit tout d’abord de dresser 2 listes. 
Une liste des 10 moments les plus heureux de votre année. Liste qui va d’elle-même enclencher une série de réflexion… puisque cela touche à votre définition du bonheur. A redéfinir ?
L’autre liste pour les 10 moments les plus mauvais de votre année. Là encore cette liste aura son impact…. l’idéal étant de faire face au désagréable en y mettant le moins d’affecte possible. Tel un simple témoin cherchant ce qui aurait pu être, ou pourrait être; dit, ressenti ou fait pour ne pas figurer sur la liste.

Si vous faites cet exercice à plusieurs, c’est le moment de partager vos pensées et vos listes. Verbaliser aide énormément à faire mieux le point, à mieux comprendre ce qui a crée notre réaction, à mieux définir ce qui finalement vous a blesser le plus. Il ne s’agit pas de juger ou être jugé, il s’agit d’écoute et de compréhension.
Seul, l’écriture devient salvatrice.

Si vous aviez une liste l’année dernière, c’est le moment de voir ce qui n’a pas été réalisé, parfois pas même tenté..

Faites ce travail comme si chaque expérience devait passer dans un entonnoir pour n’en voir sortir que la cause réelle de notre ressenti; son origine, son samskara issus des 2 listes.

De ces réflexions, vous reste maintenant à élaborer votre liste de « bonnes intentions » pour la nouvelle année. Telles des graines que l’on va semer, des sankalpa(s).

Vous avez donc devant vous 10 jours pour nourrir vos réflexions et peaufiner cette dernière liste.

Le jour du réveillon prenez un moment pour vous seul. Un moment où vous allez vous visualisez mettant à exécution vos intentions. Choisissez un endroit calme ou vous ne serez pas déranger afin de vraiment vous concentrer sur ces visualisations 10 minutes minimum. 
Croyez en elles, croyez en vous et au fait que vous allez les réaliser.

Le lendemain sera le jour où ces graines consciemment plantées pourront germer, vers un nouveau vous, ..vers plus de lumière.

Ne sous-estimez jamais à quel point une liste d’intentions qui se réalisent peut jouer sur une estime de soi valorisée, nous emplissant d’une énergie, d’une force que la peur ne peut plus atteindre.

En vous souhaitant de très belles fêtes de fin d’année.

Du cœur.