YOGA CITTA VRITTI NIRODHAH

YOGA CITTA VRITTI NIRODHAH

“yogah citta vritti nirodha,” Yoga Sutra 1.2 Patanjali

Le Yoga est le contrôle des fluctuations du mental

Mais pour contrôler les fluctuations de son mental, il faut en comprendre le mécanisme, pour pouvoir l’étudier…pour pouvoir s’étudier. Par l’étude de soi, par la compréhension de la fabrication des pensées, des émotions, du stockage d’émotions.. du stockage de mémoires, on peut aller plus profond en soi, brûler des mémoires pour mieux avancer, jusqu’à émettre une telle fréquence que les portes à d’autres compréhensions, plus profondes s’ouvrent.

C’est ce que vous offre le Yoga, et plus particulièrement le Raja Yoga.

Notre perception du monde dépend de nos connaissances antérieures et de l’apprentissage qu’on en a tiré. En d’autres termes ce que l’on croit savoir dépend de ce que l’on sait déjà ou du moins, de ce que l’on pense déjà savoir. Il est possible de désapprendre.

Nous avons tous tendance à surestimer notre degré de compréhension, c’est ce qu’on appelle en psychologie « l’illusion de profondeur explicative » soit une compréhension superficielle des choses. Et cette compréhension superficielle amène la souffrance par le biais des afflictions (kleshas) sous forme de mémoires (samskara), qui s’inscrivent en nous toujours plus profondément, et se répète, si rien n’est fait.

Les pratiques de yoga, que sont les asanas, prathyahara, le pranayama et la méditation ont été crée pour initier, éveiller et maintenir un niveau de conscience graduellement plus subtil.

L’idée n’est pas de supprimer les afflictions qui sont propres à notre monde, mais de les transcender en en ayant une connaissance approfondie. C’est l’étude; Svadhyaya

Issu du 1er chapitre intuitulé « la formation du corps » de la Siddha-siddhanta-paddhati, composée par Goraksanatha, père fondateur du Hatha Yoga (Xsiècle):

I.43. Le quintuple instrument intérieur ou psychisme (antahkarana) est constitué de: la pensée (manas), l’intelligence (buddhi), le facteur d’individuation ou sens de l’ego (ahamkara), le subconscient (citta) et la prise de conscience illuminatrice (caitanya)

I.44. La pensée ou faculté mentale (manas) a cinq modalités: la formation des pensées, la vision des alternatives, l’évanouissement, l’inconscience, la réflexion prolongée.

I.45. L’intelligence (buddhi) à cinq modalités: la discrimination, le détachement, la paix, le contentement, la patience.

I.46. Le facteur d’individuation à cinq modalités: illusion et prétention de l’ego, sens du mien, la croyance en « mon bonheur », « mon malheur », « ceci est à moi »

I.47. Le subconscient (citta), a cinq modalités: inclinations, continuité, mémoire, rejet et assimilation.

I.48. La prise de conscience illuminatrice à cinq modalités: investigation, mise en pratique des principes établis par la reflexion, fermeté et persévérance, méditation, cessations des désirs.

Traduit par Tara Michaêl éd.Almora